Deuxième trimestre raconté par Christine

On dit que le deuxième trimestre c’est la lune de miel. Si on le compare au premier trimestre, effectivement, c’est vraiment la grosse lune de miel à Bali. Par contre, faut s’attendre à passer un voyage avec quelques passages sous la pluie (torrentielle). Personnellement, c’est le reflux gastrique qui, à date, tue un peu mon party du deuxième trimestre. Le mythe dit que plus ton bébé est poilu, plus tu vas payer en brûlements d’estomac. Dans ce cas, j’attends un singe pour la mi-mai. help.

Sinon, j’apprécie vraiment cette période de ma grossesse où tout se concrétise tranquillement. La deuxième écho a confirmé une petite fille en santé. C’est vraiment le bonheur. Les matantes commencent à nous offrir des cadeaux de bébé qui nous rappellent qu’on sera parents bientôt …et ça, c’est surréel.

Avec ce lot de cadeaux et de stock de bébé qu’on reçoit à gauche et à droite des cousins/cousines, vient ZE questionnement/inquiétude du deuxième trimestre : POURQUOI QU’UN BÉBÉ A BESOIN D’AUTANT DE COSSINS ET OÙ SOMMES-NOUS CENSÉS RANGER TOUT ÇA DANS NOTRE CONDO DE JEUNES PROFESSIONNELS URBAINS? Pour que vous puissiez comprendre l’étendu de notre problème de rangement j’aimerais vous montrer des photos de l’état de nos garde-robes et de notre locker mais j’ai trop honte. Voyez-vous, Félix pratique tous les sports inimaginables (hockey, golf, snow, ski, raquettes, rollerblades, pêche etc) ET vit des problèmes d’attachement avec certains objets inutiles tels des jumelles et des collections (lire boîtes) de vieux CD de rap qu’il écoutait au secondaire. Bref, tout ça prend l’espace dont nécessiterait des items moins sexy genre une chaise-haute et un exerSaucer. Félix lit présentement des blogues sur l’optimisation de l’espace et pense que construire des doubles planchers est une solution gagnante pour créer de l’espace. C’est cute alors je le laisse fabuler encore un peu.

——————–

Côté entraînement, je dois avouer que c’est de moins en moins facile physiquement – mon rythme cardiaque augmente plus vite et je suis courbaturée beaucoup plus facilement qu’avant. Moi qui avait habituellement une fusée dans le derrière, je commençais à trouver ça de plus en plus difficile de puiser la motivation nécessaire pour aller courir. Je pense savoir pourquoi. On est habitué, toute notre vie, à s’entraîner pour améliorer notre performance. Et là, pour la première fois, c’est le phénomène inverse qui s’installe..plus ma grossesse avance plus mes objectifs diminuent. J’essaie donc de trouver d’autres sources de motivation pour m’entraîner telles l’énergie que ça me procure, les bienfaits dont mon bébé en retire et le facteur déterminant que ça va jouer dans ma remise en forme postpartum. Ici la clé n’est pas la performance mais bien le maintient de la forme physique. Je vous dis, le deuxième trimestre travaille la résilience.

Selfie intitulée ‘the bédaine -dans-le -vent-à-23-semaines’

ps : c’est merveilleux d’avoir la bédaine à l’air enceinte. Plus tu sors le ventre, plus t’es confo ET cute. Merveilleux