Premier trimestre raconté par Christine

Premièrement je veux commencer par remercier mes ‘pushers’ de Diclectin qui me ‘sauvent’ la vie depuis plusieurs semaines. Les nausées prenaient le dessus sur ma vie et après avoir essayé toutes les méthodes alternatives imaginables- acuponcture, gingembre, citron, biscuits soda- je pensais être à bout de ressource jusqu’à ce qu’une première cliente (merci Catherine!!) m’apporte quelques cachets . La magie a opéré et mes biscuits soda ont enfin pris le bord. Une fois le ‘stock’ de Catherine consommé ( j’étais déjà accro) les autres filles du cours Bump’Fit se sont cotisées pour me fournir le Stash que ça me prenait pour durer jusqu’à mon prochain rendez-vous chez le doc.  C’est tu pas beau ça? Merci les filles!! Sérieusement, les études le prouvent, les pilules anti-nausées sont sans danger pour le feotus. N’hésitez pas à en prendre sans culpabilité si les nausées vous pourrissent la vie. Un petit effet  indésirable qu’il peut créer: la somnolence. J’aime mieux passer une heure la tête sur l’oreiller que dans la cuvette. My two cents.

Alors la question qui tue : malgré les nausées, est-ce que j’ai continué l’entraînement?

En fait, jusqu’à la semaine 7 je me sentais top shape. J’étais certainement plus essoufflée qu’à l’habitude mais sinon rien. J’ai même décidé de courir le marathon à ma 7ième semaine. Bien sûr j’étais entraînée pour compléter les 42.2km.  Je les ai couru beaucoup plus lentement que prévu sans jamais dépasser les 145 bpm.

C’est après le marathon que les nausées ont commencées …et j’ai complètement arrêté la course à pied pour 4 semaines. Jusqu’à la semaine 11, m’entraîner était la dernière chose au monde que je voulais faire. Dernière. Cependant, avec les cours que je donne, je n’avais pas le choix de m’activer au moins 6heures par semaine. C’était pénible de me motiver, mais après chaque cours je me sentais un peu mieux et je retrouvais l’appétit. Morale de l’histoire: Motivez-vous. Aidez-vous. Même si vous avez juste envie de faire la patate sur le divan, sortez dehors, prenez de l’air; marchez; bougez un peu! Je comprends que ce n’est pas facile mais ça va vous aider à garder le moral et à mieux vous sentir.  Toutefois, ne vous forcez pas à faire des exercices trop intenses. Ne vous inquiétez pas, lorsque vous allez reprendre le dessus sur les nausées, le goût de suer va vous revenir, …croyez-moi! Personnellement, c’est à 11 semaines que j’ai repris goût à la course. Je cours beaucoup moins vite et longtemps qu’avant mais après chaque sortie je me sens en forme et vivante.. et c’est ça l’important! Vivement le deuxième trimestre qui commence!!

C’est après le marathon que les nausées ont commencées …et j’ai complètement arrêté la course à pied pour 4 semaines. Jusqu’à la semaine 11, m’entraîner était la dernière chose au monde que je voulais faire. Dernière. Cependant, avec les cours que je donne, je n’avais pas le choix de m’activer au moins 6heures par semaine. C’était pénible de me motiver, mais après chaque cours je me sentais un peu mieux et je retrouvais l’appétit. Morale de l’histoire: Motivez-vous. Aidez-vous. Même si vous avez juste envie de faire la patate sur le divan, sortez dehors, prenez de l’air; marchez; bougez un peu! Je comprends que ce n’est pas facile mais ça va vous aider à garder le moral et à mieux vous sentir.  Toutefois, ne vous forcez pas à faire des exercices trop intenses. Ne vous inquiétez pas, lorsque vous allez reprendre le dessus sur les nausées, le goût de suer va vous revenir, …croyez-moi! Personnellement, c’est à 11 semaines que j’ai repris goût à la course. Je cours beaucoup moins vite et longtemps qu’avant mais après chaque sortie je me sens en forme et vivante.. et c’est ça l’important! Vivement le deuxième trimestre qui commence!!