Les conséquences de l'entraînement non-adapté en période périnatale

56862258_2104827116231010_4078198505569517568_o.jpg

Ouf, c'est rare qu'on va sortir les grandes déclarations pour 2 raisons simples : 1) on croit profondément qu'il ne faut jamais culpabiliser une mère pour les gestes posés avant d'apprendre sur un sujet; et 2) on ne veut pas qu'une femme arrête de bouger par peur. Les conséquences de la culpabilité sur la santé mentale des femmes et les conséquences de la sédentarité sont non-négligeables.

Ceci dit, il ne faut pas banaliser non plus les conséquences de l'entraînement non-adapté pendant la période périnatale. L'éducation et la sensibilisation de la population font partie de notre mission - on est réellement inquiètes du manque de considération pour la santé des femmes de la part des instances de santé publique mais aussi des femmes elles-mêmes.

CONSÉQUENCES POSSIBLES

  • Sans exagération, le risque de mortinatalité (mort foetale) est une des conséquences les plus graves de l'entraînement non-adapté pendant la grossesse. 

  • Malformations congénitales (déformation du tube neural, entre autres).

  • Blessures ou douleurs musculo-squelettiques. La clientèle périnatale est plus vulnérable à ce risque. Trop souvent banalisé, une blessure ou la douleur développé pendant la grossesse ou en postnatal - souvent après des mouvements non-adaptés répétés ou des exercices inappropriés mal-exécutés - peut être très difficile à traiter (la réadaptation peut prendre des années et peut être très coûteuse - traitements, travail manqué, etc).

  • Complications urogynécologiques. Incontinence, constipation chronique, douleurs sexuelles, douleurs ou inconfort en position debout, descente d'organes. Étonnamment commun et aussi banalisé, on parle d'un impact important sur la qualité de vie de la femme.

MYTHES

  • Ma coach a eu des enfants, elle devrait avoir une idée de comment adapter mon entraînement. - on confirme, votre coach n’a aucune idée si elle n'a pas suivi une formation en activité physique périnatale de 24 heures + en plus d'une formation reconnue en entraînement.

  • Mon kinésiologue n'est pas spécialisé, mais c'est un kin, donc il devrait avoir une idée. - Nope. Il a eu une mini-capsule à l'université et si c'est un kin avec un bon jugement professionnel il sait qu'il n'a pas les compétences pour vous prendre en charge et vous référerait. 

  • Je peux continuer à faire ce que je faisais avant de devenir enceinte. Pour que ce soit sécuritaire, il faut adapter l'entraînement dès le test de grossesse. Le pire conseil est de "rester à l'écoute de son corps". Ce conseil INADÉQUAT est carrément dangereux dans plusieurs contextes.

À RETENIR 

  • Il faut adapter son entraînement dès le début de la grossesse, jusqu'à la rééducation sans symptômes. 

  • Pour ce faire, il faut faire affaire avec une équipe qualifiée (comme nous, ou un entraîneur certifié MAMABB).

  • Une maman, c'est important. Vous le méritez.