2e trimestre raconté par Emily

Le diabète gestationnel touche jusqu’à 20% des femmes enceintes au Canada, et à ma deuxième grossesse, je faisais partie de ce pourcentage. Je savais que je me trouvais déjà dans la catégorie des femmes à risque étant atteinte du syndrome des ovaires polykystiques, mais je ne savais pas jusqu’à quel point mes habitudes alimentaires et sportives allaient jouer un rôle dans la gestion, et encore mieux, la prévention de cette maladie qui prend de plus en plus de place dans notre système de santé. C’est vers la fin du 2e trimestre que les femmes enceintes atteinte d’un diabète de grossesse constate une hausse graduelle de leur glycémie (le taux de sucre dans le sang), alors quand les nausées se sont estompées au début du 2e trimestre et j’avais plus le goût de manger et bouger, je savais que c’était le moment d’agir en prévention. Je vous partage mon plan d’action #opérationbelleglycémie!

S’entourer des bonnes personnes pour avoir les bonnes informations. Les recommandations semblent changer et se préciser d’année en année, alors pour cette 3e grossesse, j’ai pris le soin de me mettre à l’affût des dernières études, découvertes et recommandations qui en découlent. En collaboration avec ma sage-femme, j’ai consulté une gynécologue pour connaître les valeurs cibles (les critères se sont resserrées depuis ma grossesse précédente!) et une nutritionniste pour élaborer un plan personnalisé.

Bien manger. En limitant ma consommation de glucides, toujours accompagnées d’une portion de protéines, j’ai vu un changement presque immédiat au niveau de mon énergie. Pour réussir à suivre mon plan alimentaire, j’ai dû augmenter le nombre de calories consommés par jour, mais surtout augmenter mon apport en protéines qui aident à stabiliser la glycémie et à maintenir la masse musculaire. Il ne faut pas rayer les glucides de son menu, par contre, car le glucose est un élément du métabolisme maternel essentiel au bon développement du fœtus. On recommande alors de privilégier des glucides lents et complexes, car l’impact sur l’indice glycémique est moins important que celui des sucres raffinés ou “rapides”.

Bouger. Les dernières recommandations sont claires - la pratique régulière de l’exercice, et plus spécifiquement, la combinaison de cardio + musculation, est primordiale pour le contrôle du diabète de grossesse. La gestion de l’alimentation seule n’est pas suffisante pour la grande majorité des femmes. Le cardio aide à diminuer la masse adipeuse où le glucose est stocké et la musculation aide à maintenir la masse musculaire qui rend les systèmes métabolique et endocrinien plus efficaces. Alors, j’ai enfilé mes espadrilles 3-4 par semaine pour bouger ma bedaine!

Je suis très heureuse de constater que jusqu’à présent ma glycémie est stable et je me sens très bien! En fait, ma 3e grossesse est celle où je me sens la plus en santé! J’espère pouvoir vous raconter un 3e trimestre où je suis toujours en pleine forme et que #opérationbelleglycémie aurait été une grande réussite. À suivre!

Emily xoxo