Le cerveau maternel

BB Cardio-3.jpg

Oui, le fameux "Mommy-brain" existe! C'est rassurant, n'est-ce pas, de savoir que ce n'est pas le fruit de ton imagination ou un délire induit par le déficit de sommeil? Les études nous disent :

Une adaptation physiologique : Les chercheurs constatent une diminution de la matière grise due aux pics hormonaux pendant la grossesse et l'accouchement. Cette diminution n'est pas toutefois associée à une perte de fonction - au contraire il s'agit plutôt d'une concentration des synapses pour rendre certains secteurs d'activité plus efficaces. Les lobes frontal et temporal, par exemple régissent nos habiletés sociales - la capacité de comprendre les autres et le langage non-verbal, en plus de l'attachement. Ces effets n'ont pas été constaté chez les pères. On peut dire alors qu'à la naissance de son bébé survient aussi la naissance d'une mère.

Le bémol : à partir de la grossesse et jusqu'à 2 ans post-partum les chercheurs ont aussi trouvé que les mères sont moins performantes sur des tests qui sollicitent la mémoire à court terme. Cette capacité semble se rétablir au-delà de la 2e année et des mesures compensatoires (l'utilisation d'un agenda, par exemple) sont très efficaces.

La bonne nouvelle : l'activité physique est associée à une meilleure capacité d'adaptation cognitive et structurelle du cerveau. En d'autres mots, l'activité physique périnatale est un traitement efficace contre les pertes de capacité cognitive de la femme enceinte et la nouvelle maman (0 à 24 mois post-partum). Les mouvements qui nécessitent de la coordination, comme ceux qu'on retrouve dans le programme FIT, facilitent la neuroplasticité et capacité d'adaptation à son rôle de mère. Rien de moins.

Sources:
Christensen, H., Leach, L.S. & Mackinnon, A. (2010). Cognition in pregnancy and motherhood: Prospective cohort study. British Journal of Psychiatry, 196, 126–132.

Hoekzema, E., et al. (2017). Pregnancy leads to long-lasting changes in human brain structure. Nature Neuroscience, volume 20, 287–296.

Hötting K, et al. (2013). Beneficial effects of physical exercise on neuroplasticity and cognition. Biological Psychology and Neuropsychology, University of Hamburg, Hamburg, Germany.