Entraînement prénatal : prudence!

Entraînement prénatal : prudence!

Selon les recommandations de la Société des obstétriciens et gynécologues du Canada (SOGC) et de la Société canadienne de physiologie de l'exercice (SCPE) publiées le 18 octobre dernier, pratiquer une activité physique d’une intensité moyenne à raison de 150 minutes par semaine pendant une grossesse sans complications réduirait le risque de dépression d’au moins 25% et le risque de diabète gestationnel, d’hypertension artérielle et de prééclampsie de 40%.

Bébé Cardio tient toutefois à souligner l’importance de pratiquer ces entraînements de façon adaptée avec un entraîneur qualifié en périnatalité. Sinon, cela pourrait résulter en inconforts/blessures et retarder la rééducation postnatale de la maman active.

Read More

Troisième trimestre raconté par Christine

Durant mes premiers trimestres je criais à l’injustice au moins 2 fois par jour car j’avais l’impression que partout où j’allais je rencontrais seulement des femmes PLUSSSE enceintes que moi! C’était frustrant tout ça….et angoissant comme si je portais le fardeau d’être la dernière femme enceinte du monde entier. N’importe quoi!

Maintenant, la vapeur s’est renversée et j’ai l’impression d’être la PLUSSSE enceinte des femmes (ok Valérie t’es juste un peu plusse enceinte que moi). Partout où je vais on m’aborde au sujet de la bédaine. C’est pour quand madame? 4 semaines!!! Avis à toutes celles qui, comme moi en début de grossesse, pensent que 40 semaines c’est l’éternité : arrêtez de vous plaindre car Jour J est comme un examen fin de session qui demande beaucoup de préparation et qui arrive toujours trop vite!

Heureusement, j’ai encore beaucoup d’énergie pour gérer la préparation de bébé et je ne ressens aucun inconfort physique relié à la grossesse…  aucun mal de dos, pas d’enflure, je dors comme un bébé, ma prise de poids est très raisonnable et mon poul au repos varie entre 68-70bpm.  J’avais du reflux gastrique mais depuis mon massage avec Bianca, ils sont disparus! Bref, je voue un culte plus que jamais aux bienfaits de l’exercice physique. Évidemment, plus la grossesse avance plus je me sens limitée dans le type et l’intensité d’exercices que je peux entreprendre mais tout de même, je continue. Voici ce qui me tient active et surtout heureuse à 36 semaines :

  1. À 34 semaines, j’ai arrêté la course à pied car je sentais que la pression sur mon plancher pelvien était trop forte. Avec le beau temps qui arrive je me mords les doigts pour ne pas sortir courir avec Félix. J’aime mieux éviter l’incontinence, merci.  Donc au lieu de courir, je prends une grande marche d’au moins une heure avec Enzo tous les jours.
  2. Je donne 5 cours par semaine. Je fais l’ensemble des exercices des cours Bump’Fit avec les filles.  Par contre je prends ça plus relax dans les cours postnataux qui demandent d’exécuter des mouvements explosifs.  Bref mes entraînements ressemblent à du cardio sans impact à intensité moyenne et beaucoup d’exercices musculaires qui ciblent particulièrement le dos/les épaules, les fessiers, les transverses et les bras.
  3. Kegels et étirements!

me voilà à 36 semaines, entrain de donner un cours Fit 


Deuxième trimestre raconté par Christine

On dit que le deuxième trimestre c’est la lune de miel. Si on le compare au premier trimestre, effectivement, c’est vraiment la grosse lune de miel à Bali. Par contre, faut s’attendre à passer un voyage avec quelques passages sous la pluie (torrentielle). Personnellement, c’est le reflux gastrique qui, à date, tue un peu mon party du deuxième trimestre. Le mythe dit que plus ton bébé est poilu, plus tu vas payer en brûlements d’estomac. Dans ce cas, j’attends un singe pour la mi-mai. help.

Sinon, j’apprécie vraiment cette période de ma grossesse où tout se concrétise tranquillement. La deuxième écho a confirmé une petite fille en santé. C’est vraiment le bonheur. Les matantes commencent à nous offrir des cadeaux de bébé qui nous rappellent qu’on sera parents bientôt …et ça, c’est surréel.

Avec ce lot de cadeaux et de stock de bébé qu’on reçoit à gauche et à droite des cousins/cousines, vient ZE questionnement/inquiétude du deuxième trimestre : POURQUOI QU’UN BÉBÉ A BESOIN D’AUTANT DE COSSINS ET OÙ SOMMES-NOUS CENSÉS RANGER TOUT ÇA DANS NOTRE CONDO DE JEUNES PROFESSIONNELS URBAINS? Pour que vous puissiez comprendre l’étendu de notre problème de rangement j’aimerais vous montrer des photos de l’état de nos garde-robes et de notre locker mais j’ai trop honte. Voyez-vous, Félix pratique tous les sports inimaginables (hockey, golf, snow, ski, raquettes, rollerblades, pêche etc) ET vit des problèmes d’attachement avec certains objets inutiles tels des jumelles et des collections (lire boîtes) de vieux CD de rap qu’il écoutait au secondaire. Bref, tout ça prend l’espace dont nécessiterait des items moins sexy genre une chaise-haute et un exerSaucer. Félix lit présentement des blogues sur l’optimisation de l’espace et pense que construire des doubles planchers est une solution gagnante pour créer de l’espace. C’est cute alors je le laisse fabuler encore un peu.

——————–

Côté entraînement, je dois avouer que c’est de moins en moins facile physiquement – mon rythme cardiaque augmente plus vite et je suis courbaturée beaucoup plus facilement qu’avant. Moi qui avait habituellement une fusée dans le derrière, je commençais à trouver ça de plus en plus difficile de puiser la motivation nécessaire pour aller courir. Je pense savoir pourquoi. On est habitué, toute notre vie, à s’entraîner pour améliorer notre performance. Et là, pour la première fois, c’est le phénomène inverse qui s’installe..plus ma grossesse avance plus mes objectifs diminuent. J’essaie donc de trouver d’autres sources de motivation pour m’entraîner telles l’énergie que ça me procure, les bienfaits dont mon bébé en retire et le facteur déterminant que ça va jouer dans ma remise en forme postpartum. Ici la clé n’est pas la performance mais bien le maintient de la forme physique. Je vous dis, le deuxième trimestre travaille la résilience.

Selfie intitulée ‘the bédaine -dans-le -vent-à-23-semaines’

ps : c’est merveilleux d’avoir la bédaine à l’air enceinte. Plus tu sors le ventre, plus t’es confo ET cute. Merveilleux

Premier trimestre raconté par Christine

Premièrement je veux commencer par remercier mes ‘pushers’ de Diclectin qui me ‘sauvent’ la vie depuis plusieurs semaines. Les nausées prenaient le dessus sur ma vie et après avoir essayé toutes les méthodes alternatives imaginables- acuponcture, gingembre, citron, biscuits soda- je pensais être à bout de ressource jusqu’à ce qu’une première cliente (merci Catherine!!) m’apporte quelques cachets . La magie a opéré et mes biscuits soda ont enfin pris le bord. Une fois le ‘stock’ de Catherine consommé ( j’étais déjà accro) les autres filles du cours Bump’Fit se sont cotisées pour me fournir le Stash que ça me prenait pour durer jusqu’à mon prochain rendez-vous chez le doc.  C’est tu pas beau ça? Merci les filles!! Sérieusement, les études le prouvent, les pilules anti-nausées sont sans danger pour le feotus. N’hésitez pas à en prendre sans culpabilité si les nausées vous pourrissent la vie. Un petit effet  indésirable qu’il peut créer: la somnolence. J’aime mieux passer une heure la tête sur l’oreiller que dans la cuvette. My two cents.

Alors la question qui tue : malgré les nausées, est-ce que j’ai continué l’entraînement?

En fait, jusqu’à la semaine 7 je me sentais top shape. J’étais certainement plus essoufflée qu’à l’habitude mais sinon rien. J’ai même décidé de courir le marathon à ma 7ième semaine. Bien sûr j’étais entraînée pour compléter les 42.2km.  Je les ai couru beaucoup plus lentement que prévu sans jamais dépasser les 145 bpm.

C’est après le marathon que les nausées ont commencées …et j’ai complètement arrêté la course à pied pour 4 semaines. Jusqu’à la semaine 11, m’entraîner était la dernière chose au monde que je voulais faire. Dernière. Cependant, avec les cours que je donne, je n’avais pas le choix de m’activer au moins 6heures par semaine. C’était pénible de me motiver, mais après chaque cours je me sentais un peu mieux et je retrouvais l’appétit. Morale de l’histoire: Motivez-vous. Aidez-vous. Même si vous avez juste envie de faire la patate sur le divan, sortez dehors, prenez de l’air; marchez; bougez un peu! Je comprends que ce n’est pas facile mais ça va vous aider à garder le moral et à mieux vous sentir.  Toutefois, ne vous forcez pas à faire des exercices trop intenses. Ne vous inquiétez pas, lorsque vous allez reprendre le dessus sur les nausées, le goût de suer va vous revenir, …croyez-moi! Personnellement, c’est à 11 semaines que j’ai repris goût à la course. Je cours beaucoup moins vite et longtemps qu’avant mais après chaque sortie je me sens en forme et vivante.. et c’est ça l’important! Vivement le deuxième trimestre qui commence!!

C’est après le marathon que les nausées ont commencées …et j’ai complètement arrêté la course à pied pour 4 semaines. Jusqu’à la semaine 11, m’entraîner était la dernière chose au monde que je voulais faire. Dernière. Cependant, avec les cours que je donne, je n’avais pas le choix de m’activer au moins 6heures par semaine. C’était pénible de me motiver, mais après chaque cours je me sentais un peu mieux et je retrouvais l’appétit. Morale de l’histoire: Motivez-vous. Aidez-vous. Même si vous avez juste envie de faire la patate sur le divan, sortez dehors, prenez de l’air; marchez; bougez un peu! Je comprends que ce n’est pas facile mais ça va vous aider à garder le moral et à mieux vous sentir.  Toutefois, ne vous forcez pas à faire des exercices trop intenses. Ne vous inquiétez pas, lorsque vous allez reprendre le dessus sur les nausées, le goût de suer va vous revenir, …croyez-moi! Personnellement, c’est à 11 semaines que j’ai repris goût à la course. Je cours beaucoup moins vite et longtemps qu’avant mais après chaque sortie je me sens en forme et vivante.. et c’est ça l’important! Vivement le deuxième trimestre qui commence!!